Entrevue avec Black Empire

Le 7 août dernier se tenait à La Sarre un spectacle de Heavy Metal, chose de plus en plus rare de nos jours dans notre MRC. En tête de liste pour ce spectacle endiablé? Black Empire, une formation de Black Metal avec comme chanteur guitariste Emmanuel Audet (Audeth, connu aussi pour sa grande participation au sein de Cryptik Howling et plus récemment comme chanteur pour Abitabyss), le bassiste Mathieu Hardy (Morhatous, pionnier de la scène métal locale) ainsi que le batteur Julien Soldati (Julius). Voici la première entrevue de la chronique musicale du journal le Hurlement!

1-Parlez-moi un peu de Black Empire, de vos débuts jusqu’à maintenant.

Je pourrais en dire beaucoup, car on existe depuis 2001. Mais je dirais que si on n’a jamais changé le nom du band c’est parce que la musique a tout de même toujours reflété ce que nous voulions que ce soit! Donc depuis le tout début, c’est comme une quête afin d’en venir à s’exprimer via la musique la plus noire qui soit! Il y a eu quelques changements de line-up à travers les années à la guitare et la basse, mais depuis un bout nous sommes stables et plus solides que jamais. Même si ça été long avant qu’on commence à rouler, là, nous sommes prêts à tout et rodés!

2-Quelle est votre méthode d’écriture?

Ça varie selon les albums et les chansons. Souvent, je sors une idée toute simple sur la guitare et je travaille ça avec Julius pour trouver le rythme et le nombre de répétitions. Ensuite, nous travaillons les mélodies ensemble avec Morhatous et, de plus en plus, nous composons ensemble en improvisation… L’important, c’est l’énergie qui nous entoure quand on compose, c’est toujours une aura sombre qui tourne alentour de la mort avec une haine et un dégoût immense envers la race humaine actuelle et sa soumission aveugle qui nous mènera sans doute au désastre ou à l’extinction.

3-Quelle a été jusqu’à présent votre prestation la plus mémorable?

Notre spectacle à la messe des morts 2.5 à Montréal avec Nargaroth et MGLA… SETH ici à Rouyn et notre participation au dernier spectacle à vie d’Eclipse Eternal (Toronto)… À date, je place ces 3 spectacles-là au même niveau de satisfaction!

4-Parlez-moi un peu de votre dernier album, Darkness Is My Throne.

C’est une évolution naturelle de 2000AD… On a voulu capturer ce que nous étions à ce moment précis. On peut entendre chaque membre jouer son instrument et le reconnaître. Un album qui démontre exactement ce qu’était Black Empire à ce moment… Si j’en parle au passé, c’est que la composition du prochain album va bon train et on devrait pouvoir vous sortir du nouveau matériel assez vite!

5-Quelles sont vos projets pour Black Empire?

Le prochain album, mais surtout des spectacles à l’extérieur du Canada… je ne sais pas si on va réussir en 2016, mais on travaille là-dessus… On aimerait vraiment mettre le pied en France, en Angleterre ou en Allemagne, mais pour l’instant nous avons beaucoup de demandes pour aller en Amérique du Sud c’est juste vraiment compliqué à organiser.

6-Avez-vous un truc à donner aux jeunes qui veulent se lancer dans la musique?

Ne jamais lâcher, je me suis toujours dit que si on survit, on va se rendre quelque part… Chaque étape est trippante dans le monde de la musique et la musique en elle-même est une thérapie. Rien n’équivaut à bûcher sa rage sur un instrument!

Amen!

Black Empire – Darkness Is My Throne

Sortie le 28 juin 2015, c’est un album de pure Black Metal à l’ancienne! À l’image des grandes influences du groupe tel que Immortal et Gorgoroth, Black Empire livre ici un album d’une grande qualité où la joie de vivre et l’espérance n’ont pas lieu d’être. Des textes tous droits sortis des flammes de l’enfer se consument sous une guitare compacte, une basse tonitruante et un batteur qui frappe sur tout ce qu’il peut ! La qualité ? Oui. L’originalité ? Pas tellement puisque les influences du Black Metal des années 90 sont vraiment présentes. La voix se fait peut-être un peu plus grasse par endroits, lorgnant vers une sorte de chant plus utilisé dans le style deathcore qui est très en vogue c’est temps-ci, mais sans jamais renier ses origines norvégiennes où les serviteurs de Satan au visage couvert de «corpsepaints» terrorisaient les chrétiens du pays. Le corpsepaint est une peinture blanche et noire sur le visage représentant les âmes des guerriers défunts dans certaines légendes scandinaves.

Ce manque d’originalité est-il un défaut ? Loin de là ! C’est d’ailleurs par cette frappante ressemblance avec les vieux que la patte du groupe se remarque. Beaucoup de détracteurs diront que ça été joué 1000 fois, d’autres diront que leur musique n’est que le reflet des anciennes légendes du black metal. À cela je répondrai que justement, une copie non conforme est peut-être d’un niveau artistique accablant, mais une ode digne des légendes ne peut que confirmer le talent d’un groupe qui ne cherche qu’une chose… jouer la musique qu’il aime !

Bref, un deuxième album plein de promesses pour la formation Rouyn-Norandienne !

More from Michael Dupuis-Souligny

Compilation musicale: Top 10 qui a décoiffé 2017

10. Quiet Riot – Road Rage Aussi bien le dire tout de...
Read More