Contremaître | Michel Desrivières

Ce mois-ci, dans le monde minier: le métier de contremaître. Michel Desrivières, 51 ans, est mineur pour Hecla Québec. Il est contremaître sous terre depuis 2011. Ses journées de travail ressemblent à ceci: « Je me lève à 3h40 le matin et à 3h45 j’appelle le contremaître de nuit afin qu’il me donne les informations de son quart de travail qui vient de se terminer, et finalement, je pars de la maison vers 4h25 pour me rendre à la mine. » |

Ma journée de travail commence à 5 h 30 AM au poste de travail des contremaîtres où je remplis les cartes de travail de mes équipes de construction et de maintenance. La carte de travail est l’outil utilisé afin d’inscrire les tâches que les employés auront à exécuter au courant de la journée.

6h30: c’est la rencontre de tous les contremaîtres et capitaines avec les électriciens et le surintendant.

6h45: J’attribus les tâches à mes équipes jusqu’à 7h30 ensuite je travaille à l’ordinateur.

8h30: l’inspection de mon jeep et la descente sous terre par la rampe, qui descend jusqu’au fond de la mine. À la mine Casa Berardi, nous avons aussi un treuil avec une cage (un genre d’ascenseur) qui descend jusqu’au niveau de 1010 mètres sous terre. Je commence donc la visite de toutes mes équipes de travail et m’assure qu’ils font leur travail en respectant les plans et devis du département de l’ingénierie, mais aussi qu’ils travaillent en toute sécurité : en respectant les lois, règlements et procédures de travail. Je remonte ensuite à la surface et après être passé sous la douche, je retourne à mon bureau pour entrer les informations de la journée à l’ordinateur et planifier le quart de travail de nuit.

À 16h, je reçois les équipes de travail qui remontent à la surface et ma journée se termine alors vers 16h30 ou 17h, on prend l’autobus pour retourner à la maison.

J’ai fait mes études en mécanique automobile à la Polyno. En 1988, les mines Selbaie offraient un cours d’extraction de minerai, je m’y suis donc inscrit et c’est là que j’ai appris à conduire des camions, chargeuses, à travailler avec des foreuses et à faire de la construction aussi. J’étais surpris de voir la diversité des métiers qu’il y a dans une mine et j’étais intéressé dès les premières semaines. Après mon cours de 10 mois, la mine Casa Berardi m’a appelé et j’ai commencé à travailler pour de bon en décembre 1988, jusqu’en 1997. J’ai touché à peu près à tous les métiers sous terre. Puis il y a eu la fermeture de la mine en 1997. De 1997 à 2005, j’ai exercé le métier de camionneur et bûcheron en alternance. En 2005, j’ai eu la chance de retourner travailler à la mine sur la construction pour l’entreprise DMC et devenir contremaître en 2011. Je suis maintenant à l’emploi d’Hecla Québec.

Ce qui me passionne au niveau du métier c’est que j’aime beaucoup les défis: j’aime construire les salles à diner, les gros murs de ventilation, les bassins d’eau, les stations électriques et les garages qui ont souvent des proportions assez surprenantes! J’encourage les jeunes débrouillards et curieux à s’inscrire dans cette voie! //

Autres articles de Gabrielle Ten-Have
Animatrice de milieu | Karianne Dunn
Dans cet édition du Hurlement, je m’entretiens avec l’animatrice de milieu de...
Lire cet article