Libéré, délivré!

Vivre en ruralité apporte énormément d’avantages, ce journal communautaire en est un bon exemple. Les gens sont plus tissés serrés. Et paradoxalement, l’un des principaux avantages des régions est aussi l’espace! On a besoin d’air, même si on aime nos voisins! De plus, il est moins coûteux d’avoir accès à un terrain d’une dimension respectable, voir même à une terre complète. Pas besoin d’être un imminent (et travaillant) cultivateur comme à l’époque pour se permettre ce luxe. Votre maison est probablement même moins chère qu’un petit condo en milieu urbain et la qualité de vie est évidemment différente, surtout si vous avez ou si vous pensez avoir des enfants.

Peu importe l’espace dans lequel vous évoluez au quotidien, l’organisation est un défi névralgique. On s’entend tout de même qu’avoir plus d’espaces apporte aussi plus de responsabilités. Par exemple, le locataire d’un appartement en ville se fou probablement de la couleur du gazon (s’il y en a), alors que votre maison aura l’air rapidement abandonné si votre terrain n’est pas minimalement entretenu. Bref, avoir plus d’espaces chez soi apporte généralement aussi une tendance à accumuler plus en se disant qu’on a justement de l’espace. Combien de fois vos objets ont fini entreposés dans des boîtes dans un fond de garde-robe qu’on oublie rapidement ? Et viens le moment où vous chercher ledit objet (livre, facture, machine à fondu, etc.) et où vous avez toute la misère du monde à mettre la main dessus. On est tous pressé, alors on n’a pas toujours le temps de tout classé au bon endroit dès le départ, de traiter toutes les informations sur le champ… Ces petites choses irritent, dérangent, et avec l’accumulation, vous pouvez facilement vous sentir submergé.

Avec la nouvelle année, je me suis donné le défi simplifier mon quotidien pour diminuer le stress qu’il peut apporter. Je suis tombé sur une vidéo Youtube vantant les mérites de la méthode organisationnelle Konmari, tiré du livre « Le Pouvoir étonnant du rangement : désencombrer sa maison pour alléger sa vie », publié aux Éditions de l’Homme. Très honnêtement, je me suis demandé ce que ça avait de différent des autres tendances plus ou moins efficace. Après avoir testé la première étape avec scepticisme, je vous confirme que ça fait un bien fou et c’est pourquoi j’ai eu envie de vous partager l’expérience !

D’abord, je n’ai pas la prétention d’être un expert d’un livre que je n’ai pas lu. Par contre, ce que je trouve intéressant c’est justement l’accessibilité de la méthode. Il suffit d’une vidéo ou d’un article pour en comprendre l’essence.

Au-delà de l’organisation, le désencombrement

Le succès de la méthode passe par un changement très simple de processus : au lieu de ranger par pièce de la maison, vous rangez par catégories d’objets. Au fond, il fallait seulement y penser! Il n’y a rien de mieux que de voir l’ensemble de l’œuvre pour prendre une décision éclairée.

L’auteure propose un ordre précis dans lequel traité les catégories d’objets pour faciliter le processus :

  1. Les vêtements
  2. Les livres
  3. Les papiers
  4. Les petits articles divers (ex. DVD, outils, jouets, articles électroniques, déco, etc.)
  5. Les objets sentimentaux

Le principe est simple, mais clairement déstabilisant : vous prenez l’ensemble des objets d’une catégorie et vous les rassembler tous au même endroit dans une pile. Seule règle : ne pas faire le tri à cette étape. Avec la pile, ça aura l’air de la 3e guerre mondiale, et c’est le but. Vous allez réaliser à quel point vous avez accumuler au fil des ans… Vous pensez avoir une idée, mais c’est encore probablement loin de la réalité.

Le plus difficile est de ne pas oublier d’endroits, surtout quand on a beaucoup d’espace. Par exemple, les vêtements des garde-robes, des tiroirs, de l’entrée, des boîtes d’entreposage, parce que oui, les vêtements saisonniers doivent faire partie du lot tout comme les manteaux et les chaussures.

Le tri par la « joie »

Une fois la pile d’objets de la catégorie terminée, le vrai travail commence. Ok, là on tombe dans la partie semi-spirituel de notion de joie auquel je n’ai pas vraiment adhéré. L’essentiel est de savoir si vous aimez l’objet, s’il est utile et qu’il fonctionne… Soyez réalistes ! Si vous n’avez pas utiliser quelques choses pendant plusieurs mois, il y a de bonne chance que vous n’en ayez pas vraiment besoin. Il faut être à l’écoute également de la raison de vouloir conserver quelques choses. Est-ce que c’est un cadeau reçu d’un proche? Est-ce que c’est un objet dispendieux? Il n’y a pas de mal à conserver quelques cadeaux, mais conserver quelques choses du simple fait que quelqu’un vous l’a offert n’est probablement pas la meilleure décision. Par ailleurs, l’aspect monétaire ne devrait pas être pris en compte lors d’un tri : un vêtement de marque ne veut pas dire qu’il est plus confortable ou qu’il est plus adapté pour vous. Bref, il s’agissait probablement d’un mauvais choix à l’achat, mais il fera sans aucun doute le bonheur de quelqu’un d’autres.

Attention, ici, le but n’est pas nécessairement de devenir minimaliste, mais plutôt de vous entourer d’objets qui font réellement une différence dans votre vie, comme des vêtements à votre taille… J’ai récemment perdu du poids et combien de fois j’ai choisi un vêtement dans ma garde-robe qui était finalement trop grand? L’air de rien, on s’encombre d’énormément d’objets inutiles qui pourraient faire le bonheur de quelqu’un d’autres.

Donnez-vous le temps, mais faites vite!

Il faut prendre le temps de faire chaque catégorie une à la fois et terminer la méthode idéalement en trois mois, sinon vous perdrez sans doute la motivation.

Une pile d’objets à garder, une autre à donner à une ressourcerie et une autre pour les objets à jeter/recycler. Éviter le piège de vouloir donner des choses à des proches, ça retardera assurément le processus et, la plupart du temps, ils n’en ont pas besoin de toute façon.

Une fois trié, trouver un endroit de rangement pour chaque objet. Marie Kondo propose notamment une technique de pliage verticale qui permet de garder espace et efficacité. Informez-vous!

Finalement, faites un bilan après quelques mois, normalement les résultats devraient se maintenir! //

More from Alexandre D. Nickner

Retour du spectacle Festivitas

Festivitas sera de retour en décembre prochain avec une toute nouvelle édition...
Read More