Survivre à l’hiver

Pour les passionnés de moto comme moi, survivre à l’hiver pourrait paraître comme une épreuve des plus cruelles.
Heureusement, ce n’est pas mon cas et j’en suis bien heureuse.

Je suis une fille du nord. J’adore le froid, la neige, les paysages féériques que toute cette blancheur peut nous apporter.

Je trouve l’hiver vivifiant. C’est d’ailleurs la saison où je suis la plus active physiquement.

Après plus de 25 ans à parcourir les sentiers fédérés de motoneige, j’ai chaussé les raquettes pendant un moment et maintenant les skis de fond.

L’arrivée du Défi 100 milles 100 jours a été un atout pour moi. Une motivation à en faire un petit peu plus. Une poussée dans le dos quand l’énergie est à la baisse. Curieusement, l’énergie revient après ma randonnée.

Pour m’accompagner dans mes excursions, j’ai toujours eu de fidèles compagnons. D’abord mon Charlot, et maintenant mon beau gros Taz.
Je fais du ski à tous les jours, parfois à mon retour du travail vers 16h30, mais le plus souvent en soirée. Le décor est très différent à la noirceur.

Peut-être que si je vivais en ville, mon discours serait différent. Mais ici, dans ma petite localité, l’hiver est plaisant.

Je ne vous garantie cependant pas que j’aurai le même discours à la fin mars….quand on espère avoir un printemps hâtif pour sortir les motos.

Mais pour le moment, j’apprécie tout simplement ! //

Written By
More from Ann Tremblay
Des nouvelles de l’école Boréale
Cette année, au Pavillon de Clermont, nous avons choisi d’ajouter 5 journées de...
Read More